Revue de l'Araire - N°136 mars 2004

Sommaire du N° 136

L’Araire et son Président, Henri Bougnol, m’ont demandé de me charger de la direction de la publication de notre revue. Prendre la succession d’André Hernoud, de Jacques Rivoire et de tant d’autres est, sinon une gageure, du moins une situation peu confortable, où il faut faire ses preuves.

Je connais L’Araire presque depuis son origine. Jacques Rivoire vient de me rappeler fort à propos qu’il m’avait alors demandé de faire un article pour la toute jeune revue : « la vogue dans un village des Monts du Lyonnais vers 1900 ». Comme il m’avait entretenu de l’association et de sa revue, je lui avais parlé de la branche yzeronnaise de ma famille et de mon intérêt pour la campagne lyonnaise, ses coutumes et son patois. C’est ainsi que je fis mes modestes débuts dans L’Araire.

L’eau à coulé depuis sous les ponts de l’Yzeron. De proche en proche, je visitais L’Araire, feuilletais la revue, rédigeais tel ou tel article à la demande de Jacques Rivoire. Dans le même temps, mon père, Etienne Longre, s’occupait de l’acquisition de la future Maison d’Expositions d’Yzeron et prenait en charge la trésorerie de l’association.

Or, il semble que tout ait été dit sur le Pays Lyonnais en plus de trente ans de publication. Chaque numéro, chaque page même parait proclamer qu’il n’y a plus rien à ajouter. Jacques Rivoire en personne m’a déclaré, en guise d’encouragement (je lui dois bien cette petite vengeance ici-même !) : « tu sais, une revue de 30 ans, c’est vieux, c’est très vieux, il y en a peu qui arrivent à durer aussi longtemps ». Eh bien, me suis-je dit, je n’ai pas vocation à enterrer la revue ! D’une part, il y a des champs à explorer : agriculture, techniques agricoles et révolution agricole, histoire des mentalités, rôle de la religion et des mouvements populaires, histoire industrielle et ouvrière, chronique de la centaine de communes de notre Pays ; d’autre part, chercheurs, historiens, géographes, archéologues, travaillent et publient sans cesse de nouvelles études, et nous avons à suivre ce qui se fait et à établir des contacts avec eux. Du coup, songeant à la boutade du Professeur Houssel, qui propose une modification de titre pour la revue – « De L’Araire à l’ordinateur » -, je mets mon informatique au service de l’ancestral outil, empoigne les mancherons de l’un et la souris de l’autre, et continue, avec vous, à tracer notre sillon dans la glèbe de ce Pays Lyonnais auquel nous sommes attachés.

Résumés des articles de la revue


 Acheter la revue 

Envoi à réception de votre règlement à L'ARAIRE.

  • Si vous souhaitez régler par chèque, voici l'adresse pour envoyer le règlement: ARAIRE - Passage de l'Araire - 69510 MESSIMY
  • Payer directement en ligne avec votre carte de crédit sur notre plateforme sécurisée HelloAsso en cliquant sur le bouton ci-dessous.

<<< Retour à la liste des Archives